Velvetstudio.fr » Studio administratif » Rupture conventionnelle indemnité chômage : quel est le montant total que vous percevez ?

Rupture conventionnelle indemnité chômage : quel est le montant total que vous percevez ?

Si vous démissionnez de votre plein gré, vous vous retrouvez au chômage, mais sans avoir le droit aux allocations. Cependant, si vous vous faites licencier, ce qui est indépendant de votre volonté, vous pouvez prétendre à percevoir des allocations. Il y a une 3e alternative qui permet de quitter votre entreprise de votre pleine volonté et de recevoir vos allocations tout de même, il s’agit de la « rupture conventionnelle » qui ne peut se faire qu’avec l’accord des deux partis et qui présente des avantages qu’on ne retrouve ni chez la démission ni chez le licenciement.

En quoi consiste une rupture conventionnelle ?

C’est un accord qui va permettre la fin d’un contrat, mais elle ne se fait que sous certaines conditions : le contrat doit forcément être un CDI. Et pour prétendre à la rupture conventionnelle, il est impératif que les 2 partis soient totalement d’accord sur le sujet. Cette rupture sera proposée par l’un des deux partis puis négociée et si un accord est trouvé, le contrat peut être donc résilié à l’amiable. La procédure de cette rupture en plus d’être plus rapide et simple qu’un licenciement présente de nombreux avantages : L’employé, en plus de recevoir une indemnité qui et supérieure ou égale à celle d’un licenciement, sera éligible pour recevoir des allocations de la même façon que s’il était licencié.

Quelles sont les allocations de chômage pour une rupture conventionnelle ?

L’employé va donc recevoir les mêmes allocations que s’il avait été licencié, ces allocations dépendent principalement de l’ancien salaire qu’il percevait. Le calcul montant des allocations va donc se faire sur la base du salaire journalier brut des 12 derniers mois, comme suit :

  • On calcule à l’allocation journalière à l’aide de ces 2 formules et le montant le plus grand est retenu : 40,4 % du salaire journalier + 11,9 euros ou 57 % du salaire journalier.
  • L’allocation doit être entre 29,06 euros et 248,19 euros par jour, si elle n’est pas dans cette intervalle, elle sera réajustée sur une des valeurs extrêmes.
  • Pareillement, l’allocation n’en doit pas dépasser les 75 % de votre ancien salaire.
  • Ce montant peut être sujet à des retenues qui entrent dans le cadre de votre retraite par exemple.
  • Chaque mois vous percevez vos allocations, une fois le montant multiplié par le nombre de jours du mois.

Cette méthode concerne les personnes travaillant à temps plein, pour les travailleurs à mi-temps une autre méthode existe. Il est à noter que si la rupture conventionnelle permet de bénéficier des mêmes allocations que pour un licencié, le bénéficiaire doit aussi répondre aux mêmes critères pour être éligible.

En direct du studio !